Ensemble préparer Marmande à demain

L’enjeu des boulevards, vivre ensemble, sport, culture, habitat, pacte écologique, pacte alimentaire.

Deux préalables :

  • Faire un bilan de la crise Covid avec les acteurs économiques et sociaux.
  • évaluer l’impact de la crise sur l’ensemble du secteur associatif.

L’ENJEU DES BOULEVARDS

Sophie “Le prolongement de la petite rocade est acté, il se terminera en 2023. Cet aménagement nous oblige à passer les boulevards à 2 x 1 voie pour être cohérents.”

En 2024, après l’ouverture de la rocade Est, les boulevards devront passer à 2 fois 1 voie. C’est un véritable enjeu pour notre Ville. Le trafic passera de presque 7000 véhicules jour actuellement à 3300 véhicules. Une partie de ce trafic “détourné” passera par la rocade, mais une partie se reportera sur le boulevard de la Liberté et la zone pavillonnaire, ce qui n’est pas souhaitable. C’est pourquoi, il sera nécessaire de terminer le prolongement de l’avenue Flemming (petite rocade) qui, elle, est qualifiée pour recevoir ce trafic “détourné”. Puis il faudra aller au-delà d’une simple requalification des boulevards avec différentes voies dédiées : voitures, bus, vélos, piétons. Il faudra réaliser un réaménagement ambitieux mais sobre qui amènera déambulations, animations, commerces et qui participera à la redynamisation du centre ville.

  • Soigner les entrées de ville 

Valérie “Je souhaite retrouver Marmande la Jolie ; c’est pour cela que je m’engage aujourd’hui pour rendre ma ville attractive, dynamique et conviviale.”

  • Valoriser le vieux pont et susciter l’envie de s’arrêter dans la ville.
    • Imaginer l’entrée de ville côté Tonneins et mettre en valeur la place Henri Birac et l’Esplanade du Maré incitant à entrer en ville.
    • Réétudier le projet d’espace multimodal autour de la gare et de la route d’accès vers Bergerac, notamment sur l’offre en parking.
  • Organiser l’usage des boulevards pour et avec les usagers

Robert “Demain les nouveaux boulevards vont totalement changer l’image de la ville, nous nous devons de les réussir”

  • Créer des espaces dédiés aux piétons et des terrasses pour la restauration.
    • Aménager des pistes cyclables sécurisées.
    • Dans le cadre de la révision du plan des bus, dédier une voie au bus.
    • Réaliser des contre-allées pour le stationnement des voitures.
    • Rythmer ces espaces par des kiosques qui pourront accueillir expositions, artisans, guinguettes…

VIVRE MARMANDE ENSEMBLE

Garantir la mixité fonctionnelle du centre-ville : de l’habitat, des commerces, des services 

Carole “Un centre-ville animé et diversifié est un centre-ville vivant où l’on a envie de se rendre.”

Redonner envie d’habiter en ville

Karen “L’habitat est au cœur de la reconquête et de la redynamisation du centre ville.”

  • Rendre accessible les appartements au-dessus des commerces : création de patio, mise en place d’ascenseurs, de verdure…
    • Rénover l’habitat en prenant en compte le confort climatique d’hiver (ne plus perdre de chaleur) mais aussi le confort climatique d’été (limiter la pénétration de la chaleur).
    • Construire un partenariat public/privé pour créer du logement étudiant.
    • Imaginer des habitats intergénérationnels : étudiants, personnes âgées avec des services mutualisés : laverie…
    • Permettre l’accueil de personnes âgées habitant l’extérieur qui souhaitent s’installer en centre-ville.
    • Initier un Permis de louer.

Lancer les travaux essentiels en en maîtrisant le budget

Mettre en œuvre la nécessaire réfection de la rue Charles de Gaulle

Revisiter les fonctions de la Place Clémenceau et initier un réaménagement si nécessaire en lien avec les besoins des Marmandais

Repenser la ville pour améliorer la qualité de vie

Séverine “La ville de demain doit être connectée à son environnement et jouer pleinement son rôle écologique de corridor de biodiversité.”

  •  Identifier les îlots de chaleur et les maîtriser en végétalisant les toitures, les façades, les abribus :  « Faire rentrer l’eau dans la terre »
  • Ouvrir des îlots pour y remettre de la verdure qui limite la chaleur l’été et permet d’avoir de l’ombre
  • Créer des pôles de rencontre et de convivialité intergénérationnels en particulier sur la place Clémenceau et sur la place du marché : jeux pour enfants en bois, mettre du mobilier urbain cohérent, des abris, jardins potagers urbains…
  • Réduire les déplacements en voiture

NOTRE PACTE ÉCOLOGIQUE

Entretenir les bâtiments publics dans un souci écologique et inciter les particuliers à faire de même

MichelInvestir pour faire des économies !”

  • Rénover les bâtiments municipaux -scolaires et sportifs en priorité – en y intégrant des principes écologiques : 
    • mettre en œuvre une isolation d’hiver et d’été et maîtriser au mieux les pertes de chaleur,
    • gérer l’aération des bâtiments et éviter les zones d’humidité.
    • Gérer les éclairages des bâtiments municipaux en lien avec les besoins des usagers.

Imaginer une consommation responsable pour demain

Jean-Claude F. “Avoir des éclairages publics toute la nuit n’est pas une finalité, il faut revoir globalement les éclairages afin qu’ils soient plus adaptés et moins consommateurs d’énergie.”

  • Revoir la politique d’achats des consommables et faire qu’ils soient écoresponsables.
  • Étudier la faisabilité d’un réseau de chaleur collectif.
  • Penser à une réduction de la pollution lumineuse en ville.
  • Lancer d’un appel à projet en direction des scolaires afin de mettre en place le tri sélectif à l’école et d’aller faire des actions “Ramassage des déchets en ville” par exemple.

Construire un plan déchets : celui-ci ne pourra se faire qu’à l’échelle de VGA qui en a la compétence

Muriel “Je rêve d’avoir des composteurs collectifs pour des jardins partagés, moi qui n’ai pas de jardin!”

  • Accompagner la mise en place de la redevance incitative par des actions pédagogiques pour réduire les déchets : lutte contre le gaspillage alimentaire, apprentissage de modes de consommation limitant les déchets, achats locaux, actions coups de poing « y’a quoi dans ta poubelle? »
  • Tenir l’obligation du «zéro» plastique à l’horizon 2030 dans l’espace public : distribution de gourdes ou d’éco-cups aux nouveaux marmandais, référencement des fontaines disponibles (à l’image de ce qui se fait à Arles), conventionnement  avec les organisateurs de festivals, les associations sportives,…. pour remplacer les contenants à usage unique.
  • Sensibiliser à la réduction des déchets, notamment des déchets verts utilisables par les jardiniers comme paillis pour leur potager par exemple.  
  • Appel à idées citoyennes pour la collecte et l’usage des biodéchets.
  • Revoir le fonctionnement des déchèteries pour en faire des espaces sécurisés, plus accueillants et de sensibilisation aux déchets. Mise en place d’un espace “ réemploi “ et conventionnement avec des associations locales.
  • Étendre le tri sélectif partout en ville et repenser la disposition des conteneurs collectifs.
  • Ajouter des composteurs sur les points d’apport volontaire.
  • Solliciter le soutien des associations environnementales pour toutes ces actions

ENSEMBLE MARMANDE CULTURELLE, SPORTIVE ET ASSOCIATIVE

Autour des associations

Fabien « Accompagner les associations qui sont une richesse pour la dynamique de la ville. Être sensible aux enjeux de la vie associative locale et considérer que les associations et leurs représentants sont des partenaires privilégiés dans la recherche de l’intérêt général. »

  • Engager une simplification des relations entre les associations et la commune.
  • Mettre en place un véritable service d’accompagnement et de soutien de la vie associative.
  • Proposer aux associations la signature d’une « Charte des engagements réciproques » accompagnée de « conventions d’objectifs », annuels ou pluriannuels, et en assurer le suivi et l’évaluation.
  • Favoriser et soutenir l’engagement bénévole de tous et particulièrement des jeunes.
  • Co-organiser dans l’année, avec les associations, différents événements pour valoriser les projets associatifs et l’engagement des bénévoles.

Autour du sport

Charles “Dans une ville, ce ne sont pas les associations qui sont au service et aux ordres de la mairie mais bien la Mairie qui doit soutenir et aider les associations.”

Redonner une lisibilité de la politique sportive construite avec les associations

  • Redonner une dynamique au service des sports pour valoriser au mieux les compétences des agents qui le composent.
  • Créer une Maison sport/santé dans le cadre du projet médical.
  • Être plus proche des associations sportives
  • Renforcer le rôle de l’OMS (Office Marmandais du Sport) en toute indépendance.
  • Adapter les aides et les services aux besoins des associations : en matière de soutien financier direct, en matière d’aides matérielles et humaines, en matière d’équipements sportifs.
  • Proposer une implication forte dans le projet éducatif de la ville.
  • Favoriser la professionnalisation des associations.
  • Favoriser la pratique de l’activité physique pour tous les âges et tous les publics

Loréline « Ce n’est pas aux personnes ayant un handicap de s’adapter au sport, c’est à nous d’adapter le sport aux personnes ayant un handicap. »

  • Poursuivre le développement du sport Santé, du sport Adapté et du Handisport.
  • Soutenir les sportifs de l’élite en gardant convivialité et équilibre.
  • Améliorer la qualité des installations et assurer la maintenance de l’existant, en ayant un souci de développement durable des infrastructures
  • Intégrer les objectifs environnementaux : choix des matériaux, consommation d’eau et d’énergie…
  • Réaliser des économies d’énergie sur les sites sportifs.
  • Améliorer l’accès aux sites sportifs.
  • Se pencher sérieusement sur un équipement négligé depuis longtemps : le complexe aquatique Aquaval, pour en faire une structure attractive et fréquentée par le territoire en valorisant également toutes les structures du secteur en lien avec les établissements scolaires (possibilité de centre d’accueil de stages sportifs par exemple).

Mettre en œuvre une communication autour du sport 

Bernard “Le sport est un formidable moyen de mixer les classes sociales et d’apprendre des valeurs indispensables à nos jeunes Marmandais.”

  • Mieux afficher l’image de « Marmande Ville Sportive » et de ses Associations.
  • Permettre une meilleure information de l’ensemble des sports praticables et des manifestations sportives.
  • Mettre en évidence le travail des bénévoles et des services et ses effets sur le « Vivre Ensemble » dans la ville.
  • Organiser une journée « multisports » accessible à toutes les associations.
  • Étudier la mise en place d’une école municipale de découverte des activités physiques en lien avec les associations.
  • Mutualiser les moyens et compétences, par exemple utiliser en relais la bourse du bénévolat du Conseil Départemental.

Autour de la culture

Emmanuelle : “Cultivons notre curiosité pour nous ouvrir sur le monde et démultiplier nos savoirs.”

  • Donner à Marmande une identité forte autour de la musique et à travers ses festivals (Arts Lyriques, Garorock, Urbance, Jazz, Mondoclowns, Tek a(rt) ticket), ses écoles (Conservatoire, Musée,Rock School) en lien avec l’aménagement urbain.
  • Structurer le domaine de la culture pour :
    • Fédérer les associations,
    • Aider à l’organisation de temps forts autour de thématiques dans Marmande (livre, cinéma, …),
    • Avoir plus de lisibilité de l’offre culturelle,
    • Faire connaître cette offre au plus grand nombre.
  • Renforcer les liens entre les différents acteurs (liens professionnels, amateurs, public)
    • Proposer une implication forte dans le projet éducatif global de la ville.
    • Créer des liens avec l’UPOP (Université Populaire).
    • Associer les artisans, par exemple à travers le lancement d’expositions de rue ou temporaires.
    • Renforcer l’action, la lisibilité et la valorisation des Tiers Lieux : Le 31, CESAme… et du Comoedia qui doit prendre toute sa dimension centrale avec notamment un accueil professionnalisé.
    • Coordonner l’ensemble au niveau de VGA.

Renforcer l’offre

Nadine : “Il serait bien d’avoir des ateliers théâtres, des ateliers dessins en ville, des salles de réunions pour les associations.”

  • Favoriser toutes les initiatives : Escape Game, association de jeux…
    • Initier des projets globaux à l’échelle de VGA.
    • Amener la culture vers les Marmandais (délocalisation d’événements dans les quartiers par exemple)

LA FILHOLE : NOTRE POUMON VERT !

Karine “La Filhole est un véritable poumon vert pour la ville. C’est un espace qui est très prisé et très fréquenté par tous les Marmandais : jeunes et anciens, sportifs et dilettantes. Les Marmandais y tiennent beaucoup.”

  • Ramener la plage à son endroit historique et mettre en place un éclairage solaire sur le chemin
  • Redynamiser les parcours sportifs.
  • Aménager des abris protégeant des intempéries autour des jeux, du skate park, de l’aire de basket (paillotes, bancs, etc.)
  • Instaurer des animations régulières au fil des saisons
  • Créer un espace d’accueil de la biodiversité
    • Créer un arboretum
    • Disposer des nichoirs à oiseaux, à chauves-souris…
    • Aménager un verger avec des variétés anciennes en lien avec le conservatoire du végétal
  • Ouvrir La Filhole à des agriculteurs, pour de l’éco-pâturage l’été par exemple…

NOTRE PACTE ALIMENTAIRE TERRITORIAL

Gilbert “Pour redonner au monde paysan son rôle nourricier, lui permettre de vivre décemment de son travail et assurer aux habitants une alimentation de proximité et de qualité”

  • Développer la pépinière bio et étendre son champ d’action.
  • Réserver une part importante des achats publics aux producteurs locaux.
  • Mettre à disposition, dans le cadre du projet de restructuration du centre-ville, des locaux pour la vente directe.
  • Repenser le marché de Marmande et en faire la vitrine des producteurs.
  • Contractualiser avec le monde agricole sur les bonnes pratiques des cultures (épandage, arrosage, pesticides, entretien des paysages)
  • Installer un conseil participatif de l’agriculture et de l’agroalimentaire avec les agriculteurs et les habitants pour travailler sur tous les aspects de la restauration collective (scolaire, EPHAD…). Par exemple : revoir les menus de la restauration scolaire et y intégrer : du pain bio (partenariat avec un boulanger), des produits bio et/ou locaux, un menu végétarien…
Posté dans :
0 Comments